Alésia (Côte-d’Or, France)

De l’oppidum gaulois à la ville romaine

Le site d’Alésia est célèbre pour avoir été le théâtre du siège mené en 52 av. n. è. par les légions de César autour de la coalition gauloise conduite par Vercingétorix. C’est également une agglomération secondaire gallo-romaine qui a perduré pendant quatre siècle sur le plateau du mont Auxois. En 150 ans de recherches, le site a livré de nombreuses données qui permettent aujourd’hui d’en dresser la cartographie.

Projet en cours de finalisation


Partenaires institutionnels

ARSCAN Artehis : CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique Département de la Côte d’or Geocarta Ministère de la Culture (France) UBFC

Porteur du projet et auteur des cartes Jonhattan [Vidal->https://cv.archives-ouvertes.fr/jonhattan-vidal] , ingénieur, ministère de la Culture, UMR Arscan Sur un site qui fait l’objet de recherches archéologique depuis plus d’un siècle et demi, et dont l’exploration est toujours en cours, les données accumulées sont considérables. Cette documentation éparpillée et hétérogène a été rassemblée, normalisée et traitée dans le cadre d’une approche intégrée du site menée de concert avec de nouvelles acquisitions. Ce travail visait à étudier les modes d’occupation du site d’Alésia à partir de l’analyse spatiale multiscalaire des données anciennes et nouvelles issues des fouilles, de l’imagerie géophysique et de la télédétection (photographie aérienne et LIDAR). Des centaines de plans de fouilles, 50 ans de photographies aériennes, 50 ha de prospections géophysiques et une couverture LiDAR de 27 km², une masse d’informations issue de nombreuses recherches sur le site, souvent réalisées en simultané par plusieurs équipes. La confrontation des données permet d’appréhender le site dans toutes ses dimensions et de révéler une carte archéologique plus complète, aussi bien concernant l’épisode du siège de 52 av. J.-C. qu’à propos de la ville antique qui a occupé le mont-Auxois pendant quatre siècles. Le traitement des données de photographie aérienne et l’analyse du relevé LiDAR permettent de contribuer aux connaissances sur le siège de l’armée romaine autour d’Alésia. En particulier en permettant de préciser les tracés des lignes d’investissement grâce à la détection des fossiles topographiques. Concernant l’agglomération antique, la réalisation d’un plan de synthèse est une avancée majeure qui permet désormais de s’appuyer sur un document fiable et précis pour aborder l’analyse de la trame urbaine et l’émergence et la dynamique d’évolution de cette agglomération. Les données d’imagerie géophysique et de télédétection font apparaître de nouveaux quartiers et permettent d’identifier différents types d’édifices, précisant un peu plus notre perception de l’agglomération. Biblio : Vidal, J., 2016. Modes d’occupation du site d’Alésia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or). Analyse spatiale multiscalaire des données archéologiques issues des fouilles, de l’imagerie géophysique et de la télédétection (photographie aérienne et LiDAR). Thèse de doctorat, Université de Bourgogne Franche-Comté. 3 vol., 266 p., 238 p., 387 p.